3 bienfaits de santé inconnus de la vitamine D [Récapitulatif d’études scientifiques]

Plus nous en apprenons sur la vitamine D par l’entremise de nos recherches scientifiques, plus nous réalisons l’importance de cette vitamine. Des études de tiers suggèrent qu’elle pourrait aider à améliorer la vision, à soutenir le système immunitaire et à réduire les risques d’AVC. Voici un petit récapitulatif de chaque étude.eye

La vision

Le journal, Neurobiology of Aging suggère que la vitamine D3 pourrait améliorer la fonction visuelle. La vitamine D3, qu’on appelle aussi la vitamine soleil, a été liée à une réduction de la bêta-amyloïde, qui est un facteur de risque pour la dégénérescence maculaire liée à l’âge
(DMLA).

Des chercheurs du Collège universitaire de Londres ont ajouté de la vitamine D à l’alimentation de souris pendant six semaines. Ils ont découvert que la vitamine D était associée à une réduction significative de l’inflammation dans la rétine et à un taux plus faible de bêta-amyloïde.

Ils disent que les bienfaits observés chez les souris pourraient être amplifiés chez les humains.

« Chez les humains, la rétine centrale, qui représente la région dotée de la plus grande acuité visuelle, est peuplée exclusivement de cônes et c’est la région ciblée lors de la DMLA. Ainsi, dans ce sens, un traitement à base de vitamine D3 pourrait avoir un effet plus prononcée sur la rétine vieillissante des humains et sur notre fonction visuelle que dans le cas des rongeurs. »

Cliquez ici pour un bref résumé sur les trouvailles de l’étude.

 

La fonction immunitaire

Dans le Journal of Leukocyte Biology, des chercheurs espagnols disent qu’un manque de vitamine D peut affaiblir la fonction immunitaire du corps. Ils ont observé un déclin de la vitamine D sérique lié à l’âge qui les a menés à évaluer le lien entre la vitamine D et les globules blancs.

Ils ont découvert que certains récepteurs qui sont responsables de la régulation de la réponse immunitaire aux virus étaient particulièrement touchés lorsque le taux de vitamine D était plus faible. Ces récepteurs alertent le système immunitaire en cas d’infections microbiennes.

 

L’accident vasculaire cérébral

Dans le journal de l’American Heart Association, Stroke, le Dr Gotaro Kojima de l’Université d’Hawaï et ses collègues ont utilisé des données provenant de 7 385 hommes Japano-Américains qui se sont inscrits au Programme cardiaque d’Honolulu entre 1965 et 1968. Ces hommes, qui étaient âgés de 45 à 68 au début de l’étude, ont été contactés et interviewés lors des 34 années subséquentes pour déterminer leur apport en vitamine D.

On a documenté un AVC chez 960 individus lors de la période de suivi de 34 ans. Pour les hommes dont l’apport en vitamine D était parmi la portion de 25 pour cent la plus faible de tous les participants, le risque ajusté d’AVC était de 22 pour cent plus élevés que le risque encouru par ceux dont l’apport était parmi la portion de 25 pour cent la plus élevée.

Le Dr Kojima, un spécialiste de la médecine gériatrique de l’École de médecine de l’Université d’Hawaï, a ensuite conclut qu’il peut être bénéfique de manger des aliments riches en vitamine D pour prévenir l’AVC. Bien que plusieurs individus considèrent la lumière du soleil comme la meilleure source en vitamine D, le Dr Kojima a déclaré que « il devient plus difficile en vieillissant de synthétiser de la vitamine D à partir de la lumière du soleil. Il est donc préférable pour les hommes et les femmes qui vieillissent d’avoir recourt à des suppléments ou à plus d’aliments fortifiés avec de la vitamine D. »

About The Author

Related Posts